Hollande excelle dans l’improvisation et l’imprécision !

HOLLANDE – LA FARCE TRANQUILLE !

Une surenchère fiscale dangereuse s’est abattue sur la France électorale par le candidat Hollande.

En annonçant sans préavis une taxation de 75% sur les revenus supérieurs à 1 million d’euros, François Hollande a provoqué une véritable panique chez les plus fortunés.

Les joueurs de foot, bien sûr, à qui a déjà été proposé un étalement de leurs revenus, eu égard à la courte durée de leur carrière, mais aussi ce qui est plus grave chez les entrepreneurs.

Cette mesure, plébiscitée par six Français sur dix, ce qui en dit long sur le sentiment d’injustice fiscale qui s’est installé dans notre pays après cinq ans de politique en faveur des plus riches, peut avoir sa justification morale, voire économique : porter un coup d’arrêt à l’inflation continue et insolente des rémunérations de certains patrons de grandes entreprises qui n’ont visiblement tiré aucune leçon de la crise financière et de ses dramatiques conséquences sociales.

S’octroyer, en moyenne, des hausses de salaires de 34% alors que le chômage explose n’est pas le meilleur moyen de contribuer à la recherche de la paix sociale.

Seul problème, le coup d’éclat de François Hollande, s’il est populaire et ne choque finalement pas grand monde (entre 3000 et10.000 personnes concernées, sur 65 millions d’habitants, dont le revenu médian dépasse à peine 2000 euros par mois) est trop imprécis pour être accepté comme tel.

75%, plus les prélèvements sociaux, plus l’ISF et l’impôt sur les plus-values et sur les successions, l’impôt-punitif risque de devenir dissuasif et spoliateur, ce qui n’est pas l’objectif, en tout cas du parti socialiste. N’est-ce pas lui qui a exonéré d’ISF les oeuvres d’art… Mais bien sûr pour protéger l’intérêt “social”.

Le calcul est simple à faire: en alignant la fiscalité du travail et du capital, avec un taux supérieur de l’impôt sur le revenu à 75%, ce seront non seulement les salaires, mais aussi les cessions d’entreprises qui seront frappés.Ajouté à un ISF non plafonné, que Hollande envisage de rétablir au barème qui préexistait avant la réforme Sarkozy de juin 2011, on s’orienterait donc vers des taux de taxation proches voire supérieurs à 100%.

Quitte à payer une “exit tax”, dont les décrets d’application viennent de paraître, tous les créateurs d’entreprises sont incités à sortir de France à vitesse grand V. Payer maintenant un peu (32,5%), avant de se faire essorer, plus tard, à au moins 83%, le calcul est vite fait.

Il fait d’ailleurs la fortune des cabinets d’avocats fiscalistes et des agents immobiliers de Bruxelles, Londres ou Genève, voire d’autres paradis plus lointains encore.

Advertisements
This entry was posted in Politique and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s